Célibat : (in)condition sociétale

Chère, Cher …

Je viens de réaliser quelque chose de très très très important, le célibataire n’a malheureusement pas sa place sur terre (d’ailleurs on l’aurait tout simplement écrit ainsi : célibaterre si ça avait été le cas ).

Notre société actuelle (celle dans laquelle je tente d’évoluer en tout cas- celle dans laquelle on m’a posé il y a 30 ans déjà alors que je n’avais clairement rien demandé – ceci est un autre débat)  pousse les célibataires à ne pas le rester. MAIS si, moi, Cécile C. , majeure et plus que vaccinée avait envie de l’être et de le rester encore un moment, je fais comment ?

C’est très simple, voici ce qui va se passer : je vais petit à petit (ça a déjà bien commencé) ne plus être invitée au dîner (oui une chaise toute seule ça fait désordre), ne plus être dans la liste des « on part où cet été ? « ,  ne plus passer un Noël en famille  parce que tous mes cousins seront dans leur belle-famille, ne plus faire partie de la vie des autres et je ne vous parle même pas de deux qui sont ou deviendront parents.

Dans 5 ans (oui je me laisse cette potentielle marge de manœuvre là) on m’aura oublié si je n’ai trouvé personne.

Je ne demande pas de m’inclure à chaque fois que mes amis en couple se retrouvent mais j’ose espérer qu’ils ne m’ont pas encore complètement oubliée.

Je demande qu’on accepte d’être une, une unique personne ( je suis jumelle donc déjà plus vraiment unique) et que si je n’ai personne ce n’est pas uniquement parce que je ne plais pas (il y a surement un peu de ça qu’on se le dise), mais aussi et surtout parce que j’adore tout particulièrement cette indépendance, j’adore être tranquille, voir les gens et le potentiel autre que lorsque je le décide moi, de prendre toute la place dans mon lit, de me réveiller quand j’en ai envie et pas parce que le type d’à côté bouge ou ronfle, de vouloir me faire plaisir et en donner quand je le souhaite et avec qui je veux (s’il est d’accord assurément – jusqu’à présent je n’ai pas vraiment eu de problème de ce côté là) .

Si, tout cela ne vous sied pas, trouvez-moi quelqu’un et on avisera.

Je ne dis pas, demain on me fourgue sur un plateau un type bien sous tous rapports (pas aussi torturé que moi mais drôle et bienveillant) le débat n’aura plus lieu, en attendant il est là.

Je tiens à préciser tout de même que (encore heureux) je me sens encore la bienvenue auprès de la plupart de mes amis en couple et je les en remercie infiniment.
Mais pour combien de temps ?

Même si les Destiny’s child le chantaient très bien, je n’ai pas envie de faire la promotion de « single ladies » à chaque soirée.

Les autres font le choix de l’amour, le seul que je ne puisse pas encore faire.

Leave me alone, alone. Mais soyez encore là un peu s’il vous plaît.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s